Géode photographique des îles Kerguelen

Retour

<< Ces géodes photographiques semblent appartenir à un même bloc de béton, brisé en deux. L’intérieur de la « pierre » laisse apparaître une image, comme un minéral enfermé dans la roche. Si chaque image devrait être le miroir de l’autre, on remarque que leur forme, leur teinte, leurs contours ne correspondent plus. En effet, elles sont chacune la vue aérienne d’un même archipel, mais à quarante ans d’écart : la première est une vue datant de 1979 et la seconde de 2019. Il s’agit des îles Kerguelen, dans l’océan Antarctique, le plus important archipel des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). Terres françaises, inscrites au patrimoine de l’Unesco, dont la biodiversité est d’une immense richesse, on observe pourtant sur la vue de 2019 la disparition presque intégrale de la neige, censée recouvrir l’île tout l’année. Il ne reste de la neige que sur l’extrémité est de l’archipel, condamnée à fondre elle aussi d’ici quelques années. Cette géode photographique est donc constituée de deux morceaux qui ne pourront plus jamais être réunis, séparées par un écart chronologique marquant une des conséquences directes de notre ère anthropocène. >>

 

Sans titre 37

 

Sibylle_Duboc_2063┬®jc_Lett
Géode photographique des îles Kerguelen 1979-2019,
émulsion photosensible, mortier, enduit, plâtre, grillage, polystyrène, 2019.

 

Sibylle_Duboc_2021┬®jc_Lett

 

Sibylle_Duboc_2022┬®jc_Lett

Vue de l’exposition Archéochronie, galerie Catherine Bastide Projects, 2019

Retour